Dispersion de l’eau

Infiltrer l’eau, c’est la solution

Si votre projet concerne plus d’un ha, ou si vous construisez en zone humide, ou si votre projet détourne un cours d’eau, vous devrez « compenser ». Pour protéger la nappe phréatique ou prévenir les inondations, toute surface rendue imperméable doit être compensée par une infiltration de l’eau de pluie pour un volume équivalent. Cela veut dire que si vous construisez, dans une zone humide, un parking en goudron de 1000 m2, vous devez stocker puis infiltrer ce que cette surface aurait laissé passer comme eau dans la nappe, sans votre construction.
Là aussi nous avons des solutions. Ce sont des cuves, ou des tunnels, ou encore des cages en plastique. Tout dépend de la région où vous habitez et de la nature de votre sol. Ces systèmes conviennent aussi pour infiltrer les rejets d’une micro station d’assainissement.

Le principe de la rétention d'eau de pluie, souvent imposé dans le cadre du permis de construire n'empêche pas bien au contraire, de récupérer l'eau de pluie et de réutiliser l'effluent de la micro station d'épuration pour l'arrosage du jardin, Cette contrainte de l'administration est prévue pour réduire les crues en cas d'orage et ne vous interdit en aucun cas la réutilisation d'une partie de l'eau de pluie, D'autre part ce type de produit ouvre droit à un dégrèvement d'impôts dans le cadre de la récupération d'eau de pluie, tout en respectant la contrainte de l'installation d'une cuve de rétention de l'eau de pluie.